7e Régiment de Chasseurs

Opération « Portes définitivement ouvertes » à la citadelle d’Arras

dimanche 29.04.2012, 05:02 - La Voix du Nord
lundi 30 avril 2012

Photo Pascal Bonniere

par Benoît Fauconnier (arras@lavoixdunord.fr)

ON EN PARLE

Changement d’air pour les employés de la communauté urbaine d’Arras. Changement d’ère pour la citadelle d’Arras. L’emménagement de la collectivité dans l’ancienne enceinte militaire sonne la fin d’une citadelle « fermée ». Ses portes sont ouvertes. Définitivement.

Jusqu’en 2009, impossible d’entrer dans la citadelle d’Arras sans une bonne raison, couplée à une accréditation en bonne et dûe forme. C’était un site militaire. Depuis le départ des soldats, les portes ont été régulièrement entrouvertes par la communauté urbaine d’Arras, et l’office de tourisme, pour des visites guidées. Depuis quelques jours, aller et venir librement à la citadelle sans passer par la case « souriez-aux-gardes » est possible.

Plus de barrières, plus de portes entre la population et le site. L’enceinte est accessible, avec encore quelques restrictions horaires provisoires. Un accès libre ? L’information n’est visiblement pas parvenue à tout le monde. Hier matin, nous avons été interpellés à distance au son d’un « Ho ! vous allez où ? » pas spécialement aimable.

Nous n’étions pas là pour nous faire engueuler, mais pour savourer le calme qui y règne... pour l’instant.

Même si, pour l’instant, il n’y a pas grand chose à y faire, sauf déambuler tranquillement, la citadelle est redevenue un quartier de ville, presque comme les autres. Mille mètres de barrières en bois ont été posés pour sécuriser les balades sur une partie des remparts, dans les environs des portes Royale et Dauphine. Le principal lieu de vie, pour le moment, c’est le bâtiment de la communauté urbaine d’Arras. Les employés y ont pris leurs quartiers, réunis sur 5 000 m², sur cinq niveaux, après une année de travaux. L’emménagement vient de s’achever. Il a duré une semaine. L’équivalent de trente-deux semi-remorques a été nécessaire pour transporter le matériel, le mobilier et les dossiers, autrefois répartis sur trois sites (rues Degeorge, Lamartine et du Collège) qui étaient loués pour 550 000 E par an. La CUA est maintenant propriétaire, après avoir investi 3 550 000 E HT dans la rénovation.

À deux pas de là, le parc Cit’Loisirs (notre édition du 8 avril), qui propose notamment six parcours d’accrobranches à partir de la demi-lune d’Achicourt, vient lui aussi d’ouvrir ses portes.

Ce retour progressif d’activités permet de roder la réglementation instaurée : la citadelle est une « Zone 30 » l’entrée des véhicules motorisés est autorisée uniquement par l’ex-porte à chars, avenue du Mémorial des Fusillés l’entrée par les portes Royale, Dauphine et d’Achicourt est réservée aux piétons et cyclistes la circulation et le stationnement sont interdits autour de la place d’Armes.

Les sens de circulation, ainsi que les zones de stationnement sont marqués au sol, avec de la peinture... rouge. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de marquages rouges dans le bois qu’il n’y a pas de réglementation : les vélos sont autorisés sur les chemins stabilisés, mais pas dans les sous-bois, fermés aussi aux piétons pour cause de zone refuge de la faune et de la flore. Depuis un moment, ce bois est aussi devenu une zone de refuge pour... les joggeurs !

Accès à la citadelle de 6 h à 22 h, du 15 mai au 15 août de 6 h à 20 h du 16 août au 14 mai. Ouverture de la chapelle de 9 h à 19 h, du 15 mai au 15 août.

En bus : ligne 6 (Arras Docteur-Forgeois - ZI Est Douanes), arrêt citadelle.


Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Amicale du 7e Chasseurs   ?